Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2015

Le soldat traqué

Christian MALBOSSE : « Le soldat traqué »

Une section de Waffen S.S. français reflue vers les lignes américaines, à la fin de la guerre. Le sous-officier qui les commande abandonne : "Tout est perdu ! Pas question de se rendre aux Russes, je ne vous conseille pas de rentrer chez vous. Séparons-nous, chacun pour soi !"…
Christian, le héros du livre, va survivre pendant trois ans, caché dans les forêts allemandes. Pour manger, il accepte des besognes aussi insolites qu'héroïques : récupérer des instruments agricoles au milieu de champs de mines, faire passer la frontière des lignes russes à une vieille femme qui veut revoir son fils…
Il devient "Robinson de terre ferme" : les forêts sont pleines d'obus, de mines, de grenades. Christian prépare des pièges explosifs pour se procurer la viande des sangliers et des cerfs qui n'ont pas été chassés depuis des années. Il retrouve un vieux fusil de guerre, qu'il répare et qui lui rendra la chasse plus aisée. On se prend à avoir faim, froid, avec lui, à dormir à ses côtés sous une raide toile de tente, au milieu d'un fourré…
Mais le tatouage du groupe sanguin qu’il porte sous le bras, comme tous les soldats d’élite de l’armée allemande, le rend vulnérable. Il est arrêté, s’évade, est repris.
Un extraordinaire récit, et un splendide livre d'homme.

Edition de la Pensée Moderne / Collection "Le poing de la vie", 1971.
333 pages – 15 x 22,5 cms – 450 grammes.

Etat = Quatre fines nervures au dos (sur la "tranche", si vous préférez) de l’ouvrage, quelques petites marques de lecture(s) et manipulation(s), ainsi que des traces d’humidité sur quatrième et au bas des 20 dernières pages… mais rien de grave, elles se remarquent à peine et ne nuisent aucunement à la lecture.
Enfin bref… il est d’occasion, mais c’est tout de même une excellente occasion, qui ne demande qu’à vous procurer quelques longues heures de (passionnante) lecture.
Et puis c’est (aussi) l’occasion de ce procurer ce livre pour seulement…

>>> 5 €uros. / Vendu !

( Voilà un livre qui n'est resté disponible que 30 mns ! C'est une sorte de record !?! ) 

Ann.0062_MALBOSSE_Soldat-traqué_Moyen_01.jpgAnn.0062_MALBOSSE_Soldat-traqué_Moyen_02.jpgAnn.0062_MALBOSSE_Soldat-traqué_Moyen_03.jpg

20/10/2015

Maréchal PAULUS : « Stalingrad »

Maréchal PAULUS : « Stalingrad »

 

Vie du Feldmaréchal-Général Friedrich PAULUS.

 

Lettres et documents inédits rassemblés par Walter GÖRLITZ.

 

Avant-propos d’Ernst Alexander PAULUS / Texte de présentation de Jacques Mordal.

 

 

Devant l’histoire, Friedrich Paulus reste à jamais le vaincu de la bataille de Stalingrad. Contrairement à d’autres chefs de guerre comme le Maréchal Model, il préfère la captivité au suicide, et le personnage ne sort pas grandi de sa confrontation avec le destin impitoyable. D’autant que les Soviétiques allaient obtenir de lui qu’il prenne position publiquement en août 1944 contre ses compatriotes qui s’obstinaient a continuer un combat, même sans espoir, pour leur patrie. Pourtant, Paulus n’est jamais apparu comme un opposant à la politique de conquête d’Adolf Hitler, n’ayant jamais cessé d’être, jusqu’à Stalingrad, un subordonné obéissant et respectueux. (39-45.org) 

 

Voici un livre très intéressant sur la vie de Frédéric Paulus ; Général-feldmaréchal de la VIème Armée, défaite à Stalingrad… personnage qui de part son indécision et son esprit d'obéissance totale au Führer, se laissa enfermer avec toute son armée dans la poche de Stalingrad, ex-Tsaritsine, surnommée le Verdun Rouge pour la violence de ses combats...

Ce livre est tiré des notes du Maréchal lui-même et réunies par son fils, Ernst-Alexander Paulus, officier dans la Waffen-SS et blessé au début de la campagne de Stalingrad. En 1957, il confia ces dernières à l'historien militaire allemand Walter Görlitz qui avec l'aide d'autres archives retrace la vie de Paulus de l'opération Barbarossa à Stalingrad, puis jusqu'à sa mort, à Dresde, en 1957.  A lire, car la personnalité de Paulus et la bataille de Stalingrad y sont traitées bien plus en profondeur, grâce aux notes de ce dernier, que dans bien des livres sur le sujet. (histoquiz-contemporain.com)

 

Club des Amis du Livre, 1962 (Ré-édition de l’ouvrage originellement sorti chez Arthème Fayard l’année précédente, en 1961).

Tirage limité à 14260 exemplaires, celui-ci porte le N°5204.

288 pages – 13 x 18,5 cms – 350 grammes.

Très nombreuses cartes et reproductions photographiques in et hors-texte.

Reliure cartonnée recouverte d’un tissu rouge, titre et nom d’auteur en doré sur tranche, logo de la collection embossé (avec dorure) sur premier plat.

 

Etat = le rhodoïd (jaquette en plastique transparent) de protection est absent… mais la reliure n’en a pas souffert pour autant, puisqu’hormis une minuscule « salissure » en bas de plat (trace de colle ?), elle est en parfait état ! Reliure O.K, intérieur parfait… un bel exemplaire, qui ne demande qu’à rejoindre vos rayons.

 

>>> 5 €uros. / Vendu ! Ouvrage temporairement indisponible.

 

Feldmaréchal-Général Friedrich PAULUS, Maréchal PAULUS, Walter GÖRLITZ, Stalingrad, ww2, seconde guerre mondiale, front de l'est, grandes batailles, biographies, Histoire, Livres

Feldmaréchal-Général Friedrich PAULUS, Maréchal PAULUS, Walter GÖRLITZ, Stalingrad, ww2, seconde guerre mondiale, front de l'est, grandes batailles, biographies, Histoire, Livres

Feldmaréchal-Général Friedrich PAULUS, Maréchal PAULUS, Walter GÖRLITZ, Stalingrad, ww2, seconde guerre mondiale, front de l'est, grandes batailles, biographies, Histoire, Livres

feldmaréchal-général friedrich paulus,maréchal paulus,walter gÖrlitz,stalingrad,ww2,seconde guerre mondiale,front de l'est,grandes batailles,biographies,histoire,livres

feldmaréchal-général friedrich paulus,maréchal paulus,walter gÖrlitz,stalingrad,ww2,seconde guerre mondiale,front de l'est,grandes batailles,biographies,histoire,livres

feldmaréchal-général friedrich paulus,maréchal paulus,walter gÖrlitz,stalingrad,ww2,seconde guerre mondiale,front de l'est,grandes batailles,biographies,histoire,livres

feldmaréchal-général friedrich paulus,maréchal paulus,walter gÖrlitz,stalingrad,ww2,seconde guerre mondiale,front de l'est,grandes batailles,biographies,histoire,livres

feldmaréchal-général friedrich paulus,maréchal paulus,walter gÖrlitz,stalingrad,ww2,seconde guerre mondiale,front de l'est,grandes batailles,biographies,histoire,livres

18/09/2015

Seconde Guerre Mondiale, front de l’Est : témoignages.

Seconde Guerre Mondiale,

 

Front de l’Est : témoignages.

 

Christian de LA MAZIÈRE - Christian MALBOSSE - Guy SAJER  

 

---------------------------------------

 

Christian de LA MAZIÈRE : « Le rêveur casqué »

 

La division Charlemagne, section des volontaires français de la Waffen SS, combattit durement sur le front russe, aux côtés des Allemands, avant d'aller se faire massacrer ; au printemps 1945, dans les neiges de Poméranie. En août 1944, alors que la défaite allemande ne faisait plus aucun doute, un jeune Français demanda à s'engager à son tour dans la division SS. C'était Christian de La Mazière, dont le témoignage produisit une si forte impression sur les spectateurs du film Le chagrin et la pitié.

Tout à coup j'ai pensé à un jeune ouvrier, écrit-il. Il était passé dans cette même salle avant d'aller revêtir l'uniforme de la Waffen SS. « C'est en lisant vos articles, m'avait-il dit, que j'ai compris où était le chemin d'un avenir plus propre »… 

Après avoir suivi mes convictions, il les avait devancées. J'étais lié à son choix.

Dans son livre, on découvre que l'aventure de ce « paria » avait sa logique, qu'elle correspondait à un moment de la société française. Ce n'était pas un hasard si, en 1944, sept mille hommes avaient partagé le même engagement.

J’ai Lu « Documents », 1973 – 431 pages – 230 grammes.

Etat = Plats bien brillants et sans marques/traces (ah si, une toute petite en bas de quatrième, mais c’est vraiment histoire « de dire que »), intérieur parfait, carré, tranche non cassée… il suffit de l’entrouvrir pour immédiatement se rendre compte qu’il n’a jamais été lu !

Comme neuf : 8,50 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible.

 

Christian MALBOSSE : « Le soldat traqué »

 

Une section de Waffen S.S. français reflue vers les lignes américaines, à la fin de la guerre. Le sous-officier qui les commande abandonne : « Tout est perdu ! Pas question de se rendre aux Russes, je ne vous conseille pas de rentrer chez vous. Séparons-nous, chacun pour soi ! »

Christian va survivre pendant trois ans, caché dans les forêts allemandes. Pour manger, il accepte des besognes aussi insolites qu'héroïques : récupérer des instruments agricoles au milieu de champs de mines, faire passer la frontière des lignes russes à une vieille femme qui veut revoir son fils...

Il devient « Robinson de terre ferme » : les forêts sont pleines d'obus, de mines, de grenades. Christian prépare des pièges explosifs pour se procurer la viande des sangliers et des cerfs qui n'ont pas été chassés depuis des années. Il retrouve un vieux fusil de guerre, qu'il répare et qui lui rendra la chasse plus aisée. On se prend à avoir faim, froid, avec lui, à dormir à ses côtés sous une raide toile de tente, au milieu d'un fourré...

Un extraordinaire récit, et un splendide livre d'homme.

Le Livre de Poche – 1977 – 416 pages – 210 grammes.

Etat = Plats bien brillants et sans marques/traces (ah si, une toute petite sur le bord externe du premier plat, mais c’est vraiment histoire « de dire que »), intérieur parfait, carré, tranche non cassée… il suffit de l’entrouvrir pour comprendre aussitôt qu’il n’a jamais été lu !

Comme neuf : 8 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible. 

 

Guy SAJER : « Le soldat oublié »

 

Guy Sajer n’a pas 17 ans quand, en juillet 1942, il endosse l’uniforme de la Wehrmacht. Il est français par son père, allemand par sa mère ; il habite alors l’Alsace. A cause de son jeune âge, il n’est pas affecté à une unité combattante, mais dans le train des équipages. Dès novembre, l’hiver s’abat sur la plaine russe ; le froid, la neige, les partisans rendent la progression des convois extrêmement difficile : jamais l’unité de Sajer n’atteindra Stalingrad qu’elle devait ravitailler ; la VIe Armée aura capitulé avant. Mais Sajer sait déjà que la guerre n’est pas une partie de plaisir, que survivre dans l’hiver russe est déjà un combat.

Et pourtant, ce premier hiver, il n’a pas vraiment fait la guerre. La vraie guerre, celle du combattant de première ligne, il la découvre lorsqu’il est versé dans la division « Gross Deutschland », division d’élite, avec laquelle, à partir de l’été 1943, il va se trouver engagé dans les plus grandes batailles du front d’Ukraine, quand la Wehrmacht plie sous l’offensive russe. De Koursk à Kharkov, de jour comme de nuit, dans la boue, la neige, quand le thermomètre marque – 40°, sous le martèlement terrifiant de l’artillerie russe, face aux vagues d’assaut d’un adversaire désormais puissamment armé et qui ne se soucie pas des pertes, les hommes de la « Gross Deutschland », portés toujours aux endroits les plus exposés, toujours en première ligne, combattant à un contre vingt, connaissent l’enfer. La bataille de Bielgorod, le passage du Dniepr (la Bérésina à l’échelle de la Seconde Guerre mondiale) constituent, vécus au niveau du simple soldat, deux des plus hauts moments de ce récit d’Apocalypse.

Plus tard, quand le front allemand s’est désagrégé, quand l’immense armée reflue, aux combats réguliers s’ajoutera la lutte contre les partisans, plus sauvage et plus impitoyable. Plus tard encore, c’est la retraite des derniers survivants de la division d’élite à travers la Roumanie et les Carpathes jusqu’en Pologne.

Durant l’hiver 44-45, Sajer et ses camarades sont lancés dans les combats désespérés que les Allemands livrent en Prusse-Orientale pour interdire l’entrée du Vaterland aux Russes. C’est encore Memel, où l’horreur atteint à son comble, et Dantzig, au milieu de l’exode des populations allemandes de l’Est. Enfin, malade, épuisé, Sajer sera fait prisonnier par les Anglais dans le Hanovre…

Si ce récit de la guerre en Russie ne ressemble à aucun autre, s’il surpasse en vérité, en horreur et en grandeur tout ce qui a été écrit, ce n’est pas seulement parce que l’auteur a réellement vécu tout ce qu’il rapporte, ce n’est pas seulement parce que, sous sa plume, les mots froid, faim, fièvre, sang et peur prennent l’accent et la force terrible de la réalité, c’est aussi parce que Sajer sait voir et faire voir dans le détail avec une puissance de trait vraiment extraordinaire. Alors, le lecteur ne peut douter que tout ce qui est rapporté là est vrai, vrai au détail près ; il sait de science certaine qu’il n’y a pas là de «littérature», pas de morceaux de bravoure – mais que c’était ainsi : ainsi dans le courage et ainsi dans la peur, ainsi dans la misère et ainsi dans l’horreur…

Le livre de poche, 1971 – 699 pages – 360 grammes.

Etat = Trois fines nervures sur une tranche dont la courbure ne dépasse pas 1 ou 2 mm (ce qui est excessivement rare, chez ces J’ai Lu «volume triple» des années 70, aux tranches généralement incurvées comme des croissants de lune !), plats bien brillants ne présentant quasiment aucune trace de manip’ ou stockage, intérieur propre et sain… un exemplaire que l’on peut sans problème estampiller comme « entre bon et bon+ » !!!

>>> 7 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible.

 

Ann.0026_Front-Est_Malbosse-Mazière-Sajer_01.jpg

--------------------------------------

 

Voir aussi ici et ici (cliquez sur les mots en bleu)

 

-----------------------------

Ann.0026_Front-Est_Malbosse-Mazière-Sajer_02.jpg 

26/08/2015

Jean MARKALE : Histoire de la France secrète

Jean MARKALE : 

« MONTSEGUR et l’énigme cathare »

 

En ces temps de prophétisme où l’on répète que le XXIe siècle sera mystique ou ne sera pas, les grandes énigmes de notre histoire fascinent plus que jamais nos imaginations. Sans doute pressentons-nous confusément que derrière elles se cachent, peut-être, les vérités fondamentales de notre destinée, l’explication de notre cheminement terrestre vers un « ailleurs », sans l’espoir duquel il nous serait impossible de vivre.

Montségur, « ce nid d'aigle vers lequel convergent tous les nuages du monde », reste l'un de ces lieux privilégiés où souffle encore l'esprit, où planera toujours le mystère du Saint Graal, où viendront inconsciemment s'arrimer rêves et illusions des générations successives, en dépit des flammes du bûcher allumé naguère par les Inquisiteurs pour réduire à jamais la résistance cathare. 

Or qui étaient les Cathares ? D'où venaient-ils ? Pourquoi s'étaient-ils rassemblés dans le Razès mystérieux, non loin de Rennes-le-Château et de Quéribus, au cœur d'une étrange région entourée de vallées profondes, de sommets brûlés par le soleil ?

Quel trésor cherchèrent-ils à sauver ? Quels furent leur véritable doctrine, leurs rapports avec l'Occitanie médiévale, avec les Templiers ? Pourquoi furent-ils si cruellement pourchassés ?

 

Dans ce premier ouvrage, point de départ d’un fabuleux itinéraire qu’il entreprend pour nous, Jean Markale s'attache à répondre objectivement à ces questions, en démêlant le vrai du faux. Au terme d'une enquête menée sur place avec passion, s'appuyant sur une documentation rigoureuse et étendue, une connaissance approfondie de l'Histoire et de la tradition, il ouvre des voies nouvelles, suggère des pistes oubliées, formule des hypothèses exaltantes au-delà desquelles s'esquisse en filigrane le scintillement d'une lumière recherchée par l'homme depuis l'aube des temps...

 

Le grand Livre du Mois / Collection « Histoire de la France secrète » – 1986.

317 pages – 14,5 x 23 cms – 480 grammes.

Reliure cartonnée entoilée de vert olive avec titre et nom d’auteur en noir sur tranche et premier plat + jaquette de protection en couleurs.

8 pages (papier glacé) de reproductions photographiques hors-texte.

 

Etat = de légères traces de stockage et manipulations sur une jaquette restée néanmoins brillante et (surtout) sans accrocs, ainsi que quelques petites rousseurs éparses sur les tranches papier… mais rien de franchement notable pour autant ! La reliure et l’intérieur sont en excellent état et l’exemplaire tout à fait bon pour le service !

 

>>> 4 €uros. / Vendu ! Temporairement indisponible.

 

---------------------------------------------

 

Jean MARKALE :

« Le MONT SAINT-MICHEL et l’énigme du dragon »

 

« Acropole des brouillards, perle de l’Occident », le Mont-Saint-Michel n’est pas seulement un monument en tous points remarquable, un site parmi les plus célèbres de France. C’est aussi un haut lieu de l’Histoire, un énigmatique sanctuaire, le phare d’une spiritualité intense qui, après avoir rayonné sur le Moyen-Age, a traversé les siècles pour parvenir jusqu’à nous. Mont sacré depuis les origines, certains viennent à lui pour accomplir un fervent pèlerinage, d’autres pour admirer un chef-d’œuvre naturel et architectural sans équivalent dans le monde. La figure flamboyante de l’Archange Michel, en l’honneur duquel fut bâtie l’abbaye, continue en effet à défier le temps et l’espace, à enflammer les imaginations, à intriguer, à provoquer.

Quel est donc cet archange triomphant du dragon ? Quelle réalité mythologique, quel message laisse-t-il entrevoir ? Quelles divinités de lumière ont-elles combattu, avant lui, les puissances de l’ombre ? Pourquoi les hommes ont-ils éprouvé l’impérieuse nécessité de construire au sommet de ce roc solitaire un édifice si prestigieux, si singulier ? A quelles mystérieuses et silencieuses liturgies obéit-il ?

 

Réfutant les clichés habituels, Jean Markale propose une vision spirituelle et symbolique du Mont-Saint-Michel qui découle d’une approche originale et cohérente des textes. Lieu privilégié, point d’équilibre où s’affrontent toujours des forces en apparence contradictoires, le Mont recèle en fait une réalité unique où s’exprime et se perpétue l’une des plus anciennes et plus fondamentales aspirations de l’homme : la réconciliation avec soi-même.

 

Le grand Livre du Mois / Collection « Histoire de la France secrète » – 1987.

306 pages – 14,5 x 23 cms – 480 grammes.

Reliure cartonnée orange avec titre et nom d’auteur en blanc + jaquette en couleurs

Reliure cartonnée entoilée d’orange avec titre et nom d’auteur en blanc sur tranche et premier plat + jaquette de protection en couleurs.

8 pages (papier glacé) de reproductions photographiques hors-texte.

 

Etat = de légères traces de stockage et manipulations sur une jaquette restée néanmoins brillante et (surtout) vierge de tout manque, deux ou trois infimes rousseurs sur les tranches papier… et c’est à peu près tout ! La reliure et l’intérieur sont en excellent état et j’estampille l’exemplaire comme « bon » sans hésiter !

 

>>> 4,50 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible. 

 

----------------------------------------------

 

Jean MARKALE :

« CARNAC et l’énigme de l’Atlantide »

 

Depuis des temps immémoriaux, les énigmatiques alignements de Carnac intriguent l’imagination des hommes. Une telle accumulation de rocs, érigés en un même lieu, au moyen de techniques totalement mystérieuses, a de quoi, en effet, susciter étonnement et perplexité. De multiples légendes ont, elles aussi, alimenté à leur propos les plus diverses interrogations : les dolmens, les menhirs, les cromlechs, les allées couvertes sont-elles l’œuvre des dieux, la manifestation tangible de miracles, d’une toute-puissante magie, d’une connaissance oubliée ? Ont-ils été dressés par des forces invisibles, par des géants, des gnomes aux pouvoirs inconnus ?

Ce livre fait le point de toutes les croyances, de toutes les suppositions formulées à propos de Carnac et des terres environnantes, les plus riches de France en monuments mégalithiques de toutes sortes. Mais l’auteur va plus loin. Il propose une nouvelle hypothèse, hardie, mais fondée sur des textes et des recherches minutieuses : les monuments de Carnac ne seraient-ils pas les ultimes vestiges de la civilisation de l’Atlantide engloutie à l’aube de l’Histoire dans d’inexplicables circonstances, civilisation dont seul Platon, sur la foi de documents égyptiens, mentionne l’existence et la disparition ? Une hypothèse s'appuyant sur les éléments les plus scientifiques de l'archéologie contemporaine, ainsi que sur l'étude comparative et systématique des données historiques, anthropologiques, mythologiques et légendaires. 

L’énigme de l’Atlantide trouverait-elle ses racines et sa solution à Carnac, dans les immenses sanctuaires mégalithiques qui bordent l’océan ? Perspective explosive et passionnante appelée, sans nul doute, à heurter bien des esprits, du moins à ébranler certaines convictions ancrées depuis des siècles dans la mémoire populaire.

 

Le grand Livre du Mois / Collection « Histoire de la France secrète » – 1987.

305 pages – 14,5 x 23 cms – 480 grammes.

Reliure cartonnée entoilée de vert olive avec titre et nom d’auteur en noir sur tranche et premier plat + jaquette de protection en couleurs.

8 pages (papier glacé) de reproductions photographiques hors-texte.

 

Etat = de légères traces de stockage et manipulations sur une jaquette restée néanmoins brillante et (surtout) vierge de tout manque, ainsi que de menues rousseurs sur le bord supérieur papier… mais rien de franchement notable pour autant ! La reliure et l’intérieur sont en excellent état et l’exemplaire tout à fait bon pour le service !

 

>>> 4 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible. 

 

-----------------------------------------------

 

Jean MARKALE :

« BROCELIANDE et l’énigme du Graal »

 

Depuis le haut Moyen Age, et même sans doute bien avant, l'imaginaire de l'Europe occidentale s'est cristallisé autour d'un thème majeur: celui de la Forêt enchantée, située quelque part à l'ouest du monde, peuplée de chevaliers et de princesses, de fées et d'enchanteurs. Cette forêt merveilleuse, au cœur de la Bretagne, impénétrable à ceux qui nient la réalité des légendes, c'est Brocéliande qu'on appelle aujourd'hui la forêt de Paimpont.

C'est là, dans cette espace clos, vestige d'une forêt perdue qui recouvrait jadis des étendues immenses, que nos rêves vagabondent à la recherche du Roi Arthur, de ses preux chevaliers, Lancelot du Lac et le vaillant Gauvain, des ombres évanescentes des Dames du lac, qu'elles aient pour nom Guenièvre, Morgane, Viviane, ou bien celles de Merlin, de Tristan, d'Iseult la Blonde.

A travers tous ces personnages fabuleux, au-delà du miroir magique où se reflètent des amours brûlantes, des traditions immuables, surgit, éternellement vivante, la flamboyante image du Graal. Le Graal!... mythique et mystérieux, ineffable trésor, ou bien suprême enjeu d'une "quête" intérieure que poursuivent tous les hommes ? Mais quelle est donc la vérité du Graal ? Que contient-il de si passionnément désirable: le sang du Christ ou l’Élixir de vie de la tradition alchimique ? Est-il encore présent et accessible derrière les frondaisons obscures des arbres de Brocéliande ?

 

Tel est l'itinéraire vertigineux que Jean Markale, écrivain aussi inspiré qu'érudit, propose dans ce livre, clé d'espérance qui permet d'entrevoir les arcanes masquant la divine lueur, la flamme indestructible qui brûlera toujours dans le cœur des hommes, plus forte que la mort et que le temps qui passe.

 

Le grand Livre du Mois / Collection « Histoire de la France secrète » – 1989.

322 pages – 14,5 x 23 cms – 500 grammes.

Reliure cartonnée entoilée de vert olive avec titre et nom d’auteur en noir sur tranche et premier plat + jaquette de protection en couleurs.

8 pages (papier glacé) de reproductions photographiques hors-texte.

 

Etat = de légères traces de stockage et manipulations sur une jaquette restée néanmoins brillante et (surtout) sans accrocs, ainsi que quelques rousseurs sur la tranche supérieure papier… mais rien de vraiment grave/notable pour autant ! La reliure et l’intérieur sont en excellent état et l’exemplaire est déclaré tout à fait bon pour le service !

 

>>> 4 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible.

 

Markale_4-tomes_France-Secrète_01.jpg

Markale_4-tomes_France-Secrète_02.jpg

Markale_4-tomes_France-Secrète_03.jpg

16/06/2015

Lilian FASCHINGER : Magdalena, pécheresse

Lilian FASCHINGER « Magdalena, pécheresse »

 

Que faire lorsqu'on en a gros sur la conscience et que l'on a déjà tué sept hommes ? Kidnapper un prêtre en plein office de Pentecôte et le forcer à écouter sa confession ? C'est la solution choisie par Magdalena, jeune pécheresse à l'érotisme explosif, alternant une combinaison de cuir noir et une robe immaculée de carmélite déchaussée.

Maintenant, Magdalena tient son prêtre, un vrai, bâillonné par son body de soie noire. Elle s'épanche : besoin atrocement contrarié depuis l'enfance par sa famille, ses professeurs, ses psys. Aucun n'a voulu vraiment l'écouter, et si elle n'est pas devenue folle, elle s'est changée en meurtrière éprise de sexe et de pâtisserie autrichienne.

Emaillant sa confession de délicates provocations sexuelles, la jeune pécheresse épuise l'homme de Dieu avec les détails ahurissants des meurtres de ses sept derniers amants.

 

Lilian Faschinger, née en 1953 à Graz (Aut.), signe avec "Magdalena pécheresse" son troisième roman. C'est son premier livre traduit en français. Elle est également l'auteur de nouvelles et de poèmes très remarqués. En 1985, elle a obtenu le prestigieux prix littéraire de Klagenfurth.

 

Calmann-Lévy, 1997.

15 x 23 cms – 342 pages – 530 grammes

Traduit de l'allemand par Nicole Bary.

 

Etat = plats bien brillants, tranche non cassée, intérieur parfait, ensemble toujours très compact, je ne suis pas sûr que ce livre ait déjà été lu !?! (Ou alors une fois, et par quelqu’un de très très soigneux !) Très bel exemplaire, en excellent état !

 

>>> 4 €uros. / disponible. 

 

Magdalena-Pecheresse_01.jpg

Magdalena-Pecheresse_02.jpg

Magdalena-Pecheresse_03.jpg

04/05/2015

Sven HASSEL

Sven HASSEL

 

Sven HASSEL : « Bataillon de marche

( les Panzers en première ligne ) »

 

Quatrième de couv’ :

Ce roman raconte l'odyssée d'une poignée de Tankers – les soldats des chars d'assaut allemands – qui, en uniforme russe et sur des chars T.34 russes, furent un jour désignés pour tenter un raid suicide derrière les lignes russes.

Mieux que personne, Sven Hassel a su peindre l'ambiance de douleur, de violence et de désespoir qui caractérisait l'armée allemande lors des derniers mois de la guerre avec la chaleur et la force d'un style extrêmement percutant et viril.

Presses de la Cité – 1969 / 284 pages – 20,5 x 13,5 cms – 435 grammes.

Reliure éditeur imitation cuir rouge, avec titre et nom d’auteur en doré sur tranche + jaquette couleur. / Etat = un petit accro ( restauré ) sur le haut de la jaquette côté couv’, sans quoi il est très bien… sain et propre.

>>> 6 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible. 

 

( Ailleurs = entre 6 et 14 €uros ( selon les états ) sur marelibri.com ) 

 

Egalement disponible dans sa version poche :

 

Sven HASSEL : « Bataillon de marche »

 

Presses Pocket – 1973 – 307 pages – 190 grammes.

Traces de stockage, mais néanmoins en excellent état pour un Sven Hassel de chez Presses Pocket ( et de 1973 ), on sent bien que le livre n’a pas été « cassé » ni même lu !!!…

>>> 2,50 €uros. / disponible.

 

-----------------------------------------------------

 

Sven HASSEL : « Général S.S. »

 

On connaît les nombreux récits de guerre de Sven Hassel, combattant du front russo-allemand dans un régiment particulièrement exposé, parce que « politiquement douteux » aux yeux des nazis. On retrouve dans cet ouvrage les héros traditionnels de l’auteur : Porta, Petit-Frère, le légionnaire, Heide le fanatique, mais dans un cadre s’il est possible encore plus tragique, puisque c’est de la bataille de Stalingrad qu’il s’agit ici… et que nos soldats ; après de furieux combats contre les Sibériens ; se retrouvent vaincus, mourant de faim et de froid, transformés en cannibales. Ce récit tragique se termine sur une note qui ne l’est pas moins : la percée, effectuée par un groupe de soldats sous les ordres d’un général S.S. plus humain que les autres, coûte finalement la vie à trois officiers qui ont tenté, contre les ordres de Hitler, d’arracher leurs hommes à la torture et à la mort inévitable.

Un aspect de la bataille de Stalingrad, peu connu du grand public, trouve ici un écrivain digne de lui.

Presses Pocket – 1973 – 317 pages – 190 grammes.

Etat = une fine cassure/nervure sur tranche, est à peu près le seul « défaut » à signaler ! Ensemble bien compact, plats en excellent état et intérieur parfait, l’exemplaire peut sans problème être estampillé comme bon+ tirant sur le très bon !

>>> 4,50 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible.

 

Ailleurs (et pour CETTE édition) :

Entre 3 et 8,90 €uros sur Amazon.fr (moyenne/majorité aux alentours de 4 à 5 €uros ).

De 3,90 à 6,99 €uros (idem, pour cette édition) sur Priceminister.

 

Sven HASSEL : « La Légion des Damnés »

 

Quatrième de couv’ : « 90 % de cette histoire reposent sur des faits réels », déclare l'auteur en parlant de son livre. Pourtant il faut bien préciser qu'il s'agit d'un roman, un roman dur écrit par un combattant de la dernière guerre, un roman révolté, désespéré mais baigné de tendresse. D'ascendance danoise et autrichienne, Sven Hassel s'est vu contraint de servir dans l'armée allemande et, après une tentative d'évasion, a été muté dans un régiment disciplinaire.

Ceux qu'il évoque forment donc un groupe de camarades jetés dans la bagarre, haïssant le destin fatal qui les a précipités dans cette démence. Nous les voyons tomber l'un après l'autre, même les femmes, jusqu'à ce que le narrateur demeure seul – seul et amer. 

Pourtant ces pages ne sont pas entièrement noires. On y trouve de l’humour, on y trouve l’honnêteté de « A l’ouest rien de nouveau », la grandeur humaine du « bal des Maudits », on y trouve aussi le cynisme de l’inoubliable Porta.

Presses de la cité – 1961 / 340 pages – 21 x 13,5 cms – 470 grammes.

Reliure cartonnée éditeur bordeaux, avec titre et nom d’auteur en doré sur tranche + jaquette couleur. / Petits chocs en haut et bas de tranche reliure. La jaquette présente elle aussi quelques petits frottis en haut et bas de tranche, mais aucune déchirure (ce qui est plutôt rare) et un bel aspect bien brillant ! L’intérieur est en excellent état, propre et sain. 

>>> 7 €uros. / disponible.

 

Ou : …

 

Sven HASSEL : « La Légion des Damnés »

Presses de la cité – 1961 / 340 pages – 21 x 13,5 cms – 470 grammes.

Reliure cartonnée éditeur bleu nuit, avec titre et nom d’auteur en doré sur tranche + jaquette couleur. / Petits chocs en haut et bas de tranche reliure. La jaquette présente, elle, quelques petits accros ( haut de tranche et de quatrième / bas de premier plat ), mais ceux-ci ont été délicatement restaurés… et en dehors de ça, elle est de bel aspect, propre et brillante. L’intérieur est sain et en excellent état !

>>>  6 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible.

 

Ailleurs = pour un exemplaire bon état avec jaquette, tel que celui-ci, comptez entre 6,50 et 12,60 € (selon les états) sur Priceminister / ou entre 6 et 15 € (idem, selon les états) sur livre-rare-book.com 

 

Egalement disponible au format poche : …

 

Sven HASSEL : « La Légion des Damnés »

Presses Pocket – 1976 – 312 pages – 170 grammes.

Etat = quelques légères marques/traces de stockage, ainsi que des bords de tranche très légèrement frottés… mais bon, rien de vraiment notable pour autant !

Compact, brillant, non cassé, intérieur parfait… tout à fait bon pour le service !

>>> 2,50 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible.

 

------------------------------------------------------

 

Sven HASSEL : « Liquidez Paris »

 

Quatrième de couv’ :

Poursuivant sa marche hagarde à travers l'Europe, en guerre, le « quintette de la mort » de Sven Hassel a évidemment vécu et le débarquement de Normandie, et la libération de Paris.

Non, Von Choltitz ne fut pas le bienfaiteur annoncé par les communiqués officiels. Il avait reçu de Himmler même – et le chapitre qui relate leur rencontre est une page d'anthologie – l'ordre de miner Paris et de le détruire.

Il ne le fit pas, soit : mais ce ne fut pas par générosité. Au dernier moment, la débâcle empêcha la mise en place du dispositif meurtrier, et Von Choltitz trembla jusqu'à l'écrasement de Von Rundstedt à la pensée de rendre des comptes sur l'échec de sa mission.

Voilà qui jette une lumière nouvelle sur les grandes journées de juin 44… et nous permet de retrouver nos amis des précédents romans dans leur plus tragique aventure.

Presses Pocket – 1978 – 313 pages – 170 grammes.

Bel exemplaire, entre « bon+ » et très bon !

>>> 2,80 €uros. / Vendu ! Temp. indisponible.

 

-------------------------------------

 

Sven HASSEL : « Monte Cassino »

  

Quatrième de couv’ : Comme tous les ouvrages de Sven Hassel, MONTE CASSINO est basé sur les expériences personnelles de l'auteur qui décrit la bataille de titans dont l'enjeu était le célèbre monastère. Affrontement, gigantesque qui fut appelé le « Verdun de la Seconde Guerre mondiale ». Dans cet univers d'apocalypse, un groupe de jeunes gens qui ont subi dès leur enfance un entraînement intensif dans le seul but de faire d'eux des robots prêts à obéir aux ordres les plus insensés.

Ce ne sont plus des hommes, mais des machines à tuer qui agissent par réflexes conditionnés sans que leur intelligence intervienne. Tout au long de la longue bataille, ils lutteront pour un idéal incrusté au fond d'eux-mêmes, sans même s'apercevoir que les souffrances qu'ils endurent, leur héroïsme aveugle ne mènent à rien car leurs mobiles sont condamnés.

Livre dur, âpre, sans concessions, qui se dresse comme une accusation implacable contre la guerre et la dictature, et l'on pourrait reprendre les mots du général nordiste Sherman qui déclarait après le succès de ses armées dans la guerre de Sécession : « La guerre me fatigue et me rend malade. La mort glorieuse des combattants est une monumentale stupidité. Il n'y a que ceux qui n'ont jamais tiré un coup de feu ou entendu les gémissements des agonisants le soir d'une bataille pour réclamer de la vengeance et du sang. La guerre, c'est l'enfer ! ».

Presses Pocket – 1975 – 314 pages ( volume double ) – 180 grammes.

Etat : trois « micro-pliures » (ou « très fines nervures », plutôt, le terme est plus juste !) sur la tranche, témoignent que le livre a été lu ! Mais son précédent propriétaire devait être quelqu’un de très soigneux, car hormis ce tout petit détail, le livre est quasi-parfait ! Plats bien brillants, ensemble rigide et compact, intérieur comme neuf… un exemplaire qu’on peut sans problème estampiller entre « bon+ », avec un gros «+» !!! 

>>> 3,80 €uros. / Vendu ! 

 

Ou : Sven HASSEL : « Monte Cassino »

Presses Pocket – 1973 – 314 pages – 190 grammes.

Traces de stockage, petites pliures en haut et bas de couv’ et bas de tranche légèrement « frottée », mais néanmoins en très bon état pour un Hassel de chez Presses Pocket ! On sent bien que le livre n’a pas été « cassé » ni même lu ! 

>>> 2,50 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible.

 

Ou : Sven HASSEL : « Monte Cassino »

Presses Pocket – 1975 – 314 pages – 180 grammes.

Etat = Ensemble bien compact ne souffrant d’aucune déformation, plats bien brillants, tranche non cassée, intérieur parfait !

Comme neuf de chez comme neuf !!! Très certainement jamais lu !!!

>>> 6 €uros. / Vendu ! Temporairement indisponible.

 

Ailleurs = de 5 à 12,99 €uros sur Priceminister.

2 exemplaires à 5 et 6 euros (états « correct / moyen ») sur auxcentmillebouquins

Un seul ex, à 16, 49 €uros sur abebooks.fr / Un seul exemplaire, à 19,90 €uros sur Amazon.fr

 

---------------------------------------------------

 

Sven HASSEL : « Conseil de guerre »

 

Aux actions d’éclat succèdent les retraites des combattants traqués, faméliques, dans les steppes où la température descend fréquemment au-dessous de 50°C.

Les actes de bravoure, les décisions prises dans des situations désespérées, quand la seule chance de salut consiste à abandonner les blessés, sont récompensés par les jugements expéditifs des tribunaux militaires d’une armée à l’agonie. Horreur, souffrance, peur, vilenie, telles sont les couleurs de ce monde où nous suivons Porta, Petit-Frère, Barcelona, le Légionnaire et les autres, dans cette lutte sans merci qu’ils mènent sur le front finlandais contre un ennemi impitoyable. Un ennemi humain et qui n’a pas meilleurs sosies que ceux qui le combattent.

Tantôt témoin objectif, tantôt participant, jouet dérisoire pris dans l’implacable étau du conflit, Sven Hassel nous plonge au cœur du paradoxe de la guerre : tuer pour vivre, exécuter les ordres puisqu’il n’y a pas d’alternative, les exécuter malgré sa conscience, froidement, méticuleusement, puis, pour oublier au plus vite, se griser de cette vie d’autant plus précieuse qu’elle est précaire…

Presses de la Cité – 1980.

Broché, (reliure souple en couleurs) – 270 pages – 24 x 15,5 cms – 460 grammes.

Etat = Coins de plats légèrement talés-cornées + quelques salissures sur les tranches papier… et c’est dommage, car hormis ces petits défauts « de stockage et manipulations », le reste est franchement pas mal ! Plats toujours bien brillant, tranche non cassée, intérieur propre et sain (sans même parler d’une SUPERBE illustration de couv’ ), il est carrément sympa !!!…

>>> 8,80 €uros. / Vendu ! Temp. indisponible.

 

Ailleurs = entre 11,15 et 19,99 sur Priceminister pour des exemplaires juste "moyens" (pliure(s) sur couv’, taches, etc.), 30 € pour un « très bon » / 8 € sur livre-rare-book.com / 8 à 16 € sur abebooks.fr.

 

Egalement disponible en version poche :

 

Sven HASSEL : « Conseil de guerre »

Presses Pocket – 1986 – 319 pages – 170 grammes.

Etat = Excellent état, je n’irai pas jusqu’à dire « comme neuf » vu qu’il a tout de même bientôt 30 ans, mais c’est tout comme ! Tranche intacte, vernis bien brillant, plats en excellent état, intérieur nickel… très bel exemplaire !!!

>>> 2,80 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible.

 

--------------------------------------------------------

 

Sven HASSEL : « Kommando Reichsführer Himmler »

 

Ce nouveau roman de Sven Hassel aborde les derniers mois de la guerre russo-allemande.

Le thème principal en est la bataille de Varsovie. On retrouvera les personnages devenus familiers aux lecteurs : Porta, le légionnaire, Petit-Frère, Heide, le nazi et Hassel lui-même, lancés dans une retraite où, comme toujours, le burlesque côtoie la terreur.

On assiste à l’écrasement d’une nation héroïque, la Pologne, alors que les Russes de Rokossovski restent l’arme au pied, et cette chute de Varsovie soulevée contre Hitler annonce la fin d’une guerre meurtrière et cruelle, car la sauvagerie de Staline n’a d’égale que celle de Himmler.

Presses Pocket – 1975 – 241 pages – 160 grammes.

Etat = compact, tranche non cassée, intérieur parfait : pas sûr que ce livre ait été lu en fait !?! Ou alors juste une fois… Mais bon, quelques petites marques/traces de stockage (donc… à défaut d’être « d’usage ») font que je ne pourrai pas l’estampiller comme « très bon » pour autant ! Il sera juste « bon »… 

>>> 6 €uros. / Vendu ! Temporairement disponible.

 

Ailleurs = Priceminister, comptez entre 4,09 et 6,80 pour des ex « acceptables »…

Et jusqu’à 14,50 pour du très bon !

 

-------------------------------------

 

Sven HASSEL : « Je les ai vus mourir »

 

Chroniqueur et témoin de la campagne de Russie, Sven Hassel retrace magistralement dans ce livre les souffrances et les exploits inouïs de ces soldats livrés à un climat inhumain par la folie d’Hitler.

Au cours de leur odyssée se placent des faits d’armes, tel le coup de main en uniformes russes sur une usine de Moscou. Puis vient la retraite. Mourant de faim et de froid, le commando cher à l’auteur fuit la torture et la captivité des camps russes. On retrouvera donc ici des héros familiers : Porta, Heide le fanatique, le légionnaire qui garde la nostalgie de la France, l’inénarrable Petit-Frère, et leur chef sagace, ce sergent aimé de tous et que tous appellent le Vieux. Perdus dans l’immense Russie, à la recherche d’un front allemand toujours évanescent, ils parviennent enfin à retrouver leurs lignes après un épisode dramatique dont le récit est l’un des plus poignants de Sven Hassel.

Presses Pocket – 1979 – 316 pages – 170 grammes.

Etat = quelques p’tites marques/traces de manipulations, lectures et/ou stockage… mais rien de franchement notable pour autant ! Plats bien brillants, tranche non cassée, intérieur parfait… tout à fait BON pour le service !

>>> 2,70 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible.

 

Ailleurs = de 2 à 6 €uros sur Amazon.fr / 3,90 à 6,90 €uros sur Priceminister.

 

Ou : …

 

Sven HASSEL : « Je les ai vus mourir »

Presses Pocket – 1976 – 316 pages – 170 grammes.

Etat = Moins bien que le précédent ! Couv’ quelque peu « matifiée », petits frottis sur les bords de tranche… l’intérieur est excellent et la tranche non cassée, mais les plats sont assez moyens !

On vous le fait à >>> 1,50 €uros. / Vendu ! 

 

( L’occasion ou jamais de découvrir ! )

 

-------------------------------------

 

Sven-HASSEL_01.jpg

Sven-HASSEL_02.jpg

Sven-HASSEL_03.jpg

Sven-HASSEL_04.jpg

Sven-HASSEL_05.jpg

Sven-HASSEL_06.jpg

Sven-HASSEL_07.jpg

29/04/2015

John DOUGLAS & Mark OLSHAKER : Enquêtes sur les serial killers

John DOUGLAS & Mark OLSHAKER :

 

« Agent spécial du F.B.I : Enquêtes sur les serial killers »

 

En cette fin de siècle, le mal a pris un nouveau visage : le meurtre en série est devenu une forme courante du crime. Les policiers sont de plus en plus souvent confrontés à des affaires de ce type.

Suzanne Collins, une jeune Marine, fait son jogging lorsqu'elle est brutalement enlevée et tuée. Deux lycéennes sont violées et assassinées par un couple. Une petite fille est kidnappée dans une église. Des nourrissons sont volés à leurs parents... Pour ces femmes et ces enfants, c'était un jour comme un autre, qui a soudain basculé dans l'horreur.

John Douglas, agent spécial du FBI, a consacré sa vie à traquer ces meurtriers d'un genre nouveau. Il a mis au point le "profiling", une technique de chasse spécialement adaptée aux tueurs en série, qui consiste à dresser leur portrait psychologique à partir de l'analyse du lieu du crime et de leur mode opératoire. Grâce à cette méthode, qui fait aujourd'hui école, John Douglas et son unité spéciale du FBI ont aidé la police à résoudre des dizaines d'affaires. Son expérience lui permet en outre de donner au public de précieuses informations : comment protéger les enfants contre ce type de criminels ? Comment peuvent réagir les familles des victimes ?

Après « J'ai traqué des serial killers », publié aux éditions du Rocher en 1997, John Douglas poursuit le récit détaillé de ses enquêtes les plus marquantes, celles qui l'ont mené dans les zones les plus sombres de la nature humaine.

 

« John Douglas est un homme brillant.

Il en sait plus sur les serial killers que n'importe qui au monde. »

(Jonathan Demme, metteur en scène du Silence des agneaux)

 

Editions du Rocher – 1999 – 390 pages – 24 x 15,5 cm – 550 grammes.

Etat/descriptif : Quelques (toutes) petites traces de manipulations sur les plats, mais vraiment trois fois rien ! Tranche non cassée, papier toujours bien blanc, ensemble propre et compact, l’exemplaire peut sans problème être estampillé comme « entre bon et bon+ ».

>>> 6 €uros. / Vendu ! Temporairement indisponible.

 

John Douglas - Agent spécial du F.B.I.jpg

Ailleurs = entre 8,83 et 18/19 euros sur Amazon.fr / entre 9,89 et 15 €uros sur livre.fnac.com.

De 6,19 à 15,05 €uros sur Priceminister (selon les vendeurs et les états)…

Bref, aux environs de 9 ou 10 € pour de l’occase… ou 21,50 €uros pour un exemplaire neuf.

05/04/2015

Faust, histoire d’un pacte

Philippe RAULET :

« Jean Faust, histoire d’un pacte »

 

« Docteur en  théologie, médecin, astrologue, mathématicien, aucun de ces titres ne peut satisfaire Jean Faust de Wittemberg. Son goût du défi, voire de la provocation, l’amène à se tourner vers « l’art efficace entre tous », la magie. Le mot ne lui fait pas peur. Il est temps de s’arracher aux superstitions dans lesquelles l’Eglise tient les âmes, à l’heure où se défait le Moyen Age et où un certain Copernic, là-bas, en Pologne, ose affirmer que la terre n’est pas le centre du monde. Pactiser avec un esprit n’est-il pas le plus rapide moyen d’assouvir sa soif de connaissances, et la jouissance des choses de la vie n’est-elle pas le légitime salaire dû aux hommes affranchis ? Jean Faust signe le pacte. L’esprit Méphistophélès entre à son service pour vingt-quatre années. Qui est le maître ? »

 

Un certain Johann Faust vécut en Allemagne entre 1480 et 1540. Les témoignages attestent d’un personnage hâbleur, escroc sentant le soufre. Il finit de mort violente et, moins de cinquante plus tard, entre en légende. 

« Jean Faust, histoire d’un pacte » remonte volontairement, au-delà de Goethe et de Marlowe, au texte bas-allemand de la fin du XVe siècle ; il reprend la légende dans son état le plus original et authentique tout en la soumettant aux lois romanesques les plus modernes. Faust y retrouve une jeunesse et une actualité qui devraient lui conquérir tous les publics. Né en juin 1940, Philippe Raulet est romancier et homme de théâtre (création et adaptation théâtrale et radiophonique).

 

Albin Michel / France Culture - Collection « Les grands mythes fondateurs de l’Occident ».

1987 – 279 pages – 22,5 x 14,5 cms – 400 grammes.

 

Etat = des plats toujours bien brillants (quelques micro-traces de manip’, mais bon, c’est vraiment « histoire d’écrire quelque chose » !), une cassure sur tranche… mais un ensemble toujours bien compact, et un intérieur parfait ! On va l’estampiller comme « bon »…

( Il valait 120 anciens nouveaux francs, en 1987… ).

 

>>> 5 €uros. / Vendu ! Temporairement indisponible. 

 Ann.0015_Philippe-Raulet_FAUST_01.jpg

Ailleurs = de 7 à 9,50 €uros sur abebooks.fr / 9,3 € sur Priceminister

De 5 à 12 € sur Amazon (sept des 10 livres proposés entre 7 et 9 €)…

Ann.0015_Philippe-Raulet_FAUST_02.jpg

28/03/2015

Le fantastique solognot de Claude Seignolle

Claude SEIGNOLLE : « Marie la Louve »

 

« Sologne, fin du XIXe siècle. Belle, aimée des siens, Marie est un de ces êtres qui ensoleillent l'existence. Elle a, dit-on, le « pouvoir » de guérir les morsures de loup… L'avenir lui sourit. Elle va célébrer la Saint-Jean avec celui qu'elle aime. Mais lors de cette longue nuit de liesse où les passions et les rancœurs s'exacerbent, l'existence de la jeune fille bascule… Nourrie de mensonges malveillants, la rumeur, que les vents d'hiver semblaient avoir enfoui dans les eaux dormantes des marécages, se réveille, s'embrase et colporte que Marie est l'incarnation du Mal… Ce drame poétique narré avec talent séduit et effraie, la bassesse humaine s'y révélant plus redoutable que les forces occultes. »

Un chef d’œuvre absolu… du Maître absolu de ce fantastique « sorcier, sombre et rural » qui fit sa légende. Lawrence Durrell, qui révéla hors de chez nous l'œuvre de Claude Seignolle, n'hésitait pas à voir en lui le plus grand conteur fantastique de notre siècle. Opinion partagée par Cendrars, Mac Orlan, Hubert Juin et quelques autres.

 

France Loisirs / 1988 / 173 pages / 20,5  x 14 cms / 300 grammes.

Belle reliure cartonnée à l’ancienne, façon papier marbré « à la cuve ».

Etat = Quelques menues traces de manipulation(s) sur la jaquette, ainsi que 2 ou 3 petites rousseurs sur la tranche papier supérieure… sans quoi la reliure et l’intérieur (propre et sain) sont en excellent état.

Bel exemplaire >>> 3 €uros. / disponible.

 

Claude SEIGNOLLE : « Le diable en sabots »

 

C’est ici le Seignolle des campagnes d’antan (la Sologne, le Berri de nos grands-pères) qui nous guide, par des sentiers de lui seul connus, jusqu’aux lisières de la peur : jusqu’à ces carrefours incertains où les fantômes de la légende prêtent soudain leurs traits à des êtres familiers.

Des êtres faits de la même chair et du même sang que nous.

L’étrange forgeron qui s’installe dans le village va, par son allure inquiétante, sa force herculéenne, et par les étranges pouvoirs qu’on lui prête, réveiller la hantise des maléfices chez les habitants et les conduire au meurtre. Un étrange oiseau nocturne sème la terreur : par ses cris il attire irrésistiblement les curieux vers un marais où ils s’enlisent. Une créature chimérique hante les nuits berrichonnes, n’incite-t-elle pas l’homme à devenir une bête sauvage ?…

Autant de récits surprenants où Claude Seignolle envoûte le lecteur par la puissance et l’originalité de ses thèmes alliées à un style charnu et poétique.

 

France Loisirs – 1991 – 189 pages – 20,5 x 13,5 cms – 320 grammes.

Reliure cartonnée recouverte d’un papier marbré, auteur et titre en doré sur tranche, jaquette couleurs.

Etat = quelques petites marques d’usage sur la jaquette, des extrémités de tranche reliure un peu « talée », mais rien de bien grave… l’ensemble est tout à fait O.K, l’intérieur est propre, sain et toujours bien blanc… et l’exemplaire tout à fait bon pour le service !

>>> 2,80 €uros. / disponible.

SEIGNOLLE_01.jpg

SEIGNOLLE_02.jpg

 

Claude SEIGNOLLE : « La gueule »

 

Dans la gueule, livre écrit et publié (1959) sous l’impulsion de son ami Blaise Cendrars, Claude Seignolle raconte notamment les années terribles de la Seconde Guerre Mondiale, de sa captivité en Allemagne nazie à la résistance en pleine Sologne sauvage.

A partir de récits et de souvenirs très personnels, Claude Seignolle nous emporte dans des univers à la limite du fantastique. Sa verve de conteur et le don de l’étrange qu’on lui connaît donnent aux événements du quotidien une dimension quasi surnaturelle.

Ainsi les soldats allemands deviennent des loups verts, dont les crocs luisent dans l’obscurité… De même, dans le récit de la capture d’une patrouille allemande en déroute grâce à une gamelle de patates, Claude Seignolle invente un genre nouveau, le fantastique burlesque.

Souvent le cauchemar tient lieu de réalité. La peur, la détresse, la folie ne résistent pas cependant à un rire intérieur qui fait foi en la vie. Car La Gueule, c’est la faim, la faim terrible qui prend l’homme au ventre, qui pousse à toutes les folies, comme un dernier instinct de survie ou de revanche.

Cette première partie de La Gueule, se poursuit en Suède, où Claude Seignolle est invité à un repas gargantuesque, dont le récit est ponctué de souvenirs de la France affamée de l’immédiate après-guerre. Enfin, on retrouve notre narrateur au Maroc, où c’est la soif et ses hallucinations qui lui tiendront le ventre… et la Gueule !

Prix Paul-Féval de littérature populaire 1999.

 

France Loisirs – 1999 – 252 pages – 20 x 13 cms – 280 grammes.

Reliure souple, avec jaquette (couleurs) de protection reprenant l’illustration de couv’.

Etat = excellent ! Nous n’irons pas jusqu’à écrire "comme neuf " vu qu’en regardant bien, en lumière rasante, on arrivera toujours à trouver une ou deux traçounettes sur la jaquette, mais on en est tout de même pas loin ! Disons euh… « très bon + » !!!

>>> 3 €uros. / disponible. 

 

Claude SEIGNOLLE : « La malvenue »  

 

Dans une ferme de Sologne, où la vie se résume aux durs travaux des champs, naît, au début du siècle, Jeanne Moarc'h, de la Noue, dite la Malvenue, en raison d'une étoile rouge qui la marque au front. La beauté et les désirs de l'adolescente qu'elle devient ne sont pas à la mesure commune; à tous ceux qui l'approchent, elle impose son pouvoir ensorceleur et la sensualité qui escorte chacun de ses gestes va bouleverser le monde où elle se meut. Une suite d'événements tragiques va se produire dans le sillage de la Malvenue...

 

France Loisirs - 1989 - 242 pages - 20,5 x 14 cm - 340 grammes.

Reliure cartonnée marron, avec titre et nom d’auteur sur tranche + jaquette en couleurs.

Bon état, quelques infimes marques de manip’ et/ou stockage sur la jaquette, mais trois fois rien de chez trois fois rien ! Reliure en excellent état, intérieur parfait, tout à fait bon pour le service !

>>> 3 €uros. / disponible. 

 

SEIGNOLLE_03.jpg

23/03/2015

Dan SIMMONS : Les cantos d’Hypérion

Dan SIMMONS : « Les cantos d’Hypérion »

 

Hypérion 1 >>> Quand les sept pèlerins se posent à Hypérion, le port spatial offre un spectacle de fin du monde. Des millions de personnes s’entassent derrière les grilles : les habitants de la planète sont sûrs que le gritche va venir les prendre et ils veulent fuir. Mais l’Hégémonie ne veut rien savoir : une guerre s’annonce et les routes du ciel doivent être dégagées. Et tout ce que le gouvernement a trouvé, c’est d’envoyer les sept pèlerins. La présidente le leur a dit d’emblée : « Il est essentiel que les secrets des Tombeaux du Temps soient percés. C’est notre dernière chance. » Mais les pèlerins n’y comprennent rien : c’est tout simple, ils ne se connaissent même pas entre eux ! Heureusement, le voyage leur permettra de se rapprocher. Chacun raconte son histoire, et l’on s’aperçoit vite que nul n’a été pris au hasard. Celui qui a fait la sélection, au fil des confidences, paraît bien avoir fait preuve d’une lucidité… diabolique. Et d’une cruauté… raffinée !

 

Hypérion 2 >>> Sur Hypérion, le père Hoyt a trouvé son cruciforme. Il le porte imprimé dans sa chair à tout jamais. Sur Hypérion, le colonel Kassad a rencontré la belle Moneta, hérissée de piquants. Il a vu les Extros empalés, la guerre universelle, la mort de tous les mondes. Il a un compte à régler avec le gritche. Sur Hypérion, le poète Silenus fut l’un des compagnons du roi Billy le Triste. Il a chanté pour lui l’amer triomphe d’un dieu usurpateur. Mets du bois dans l’âtre, maman, le gritche vient nous voir ce soir. Le sujet du poème, c’est la fin de l’humanité. Il faudra l’écrire jusqu’au bout. Cependant les anciens d’Hypérion sont de retour, ils arrivent à la mer des Hautes Herbes, ils atteindront bientôt les Tombeaux du Temps qui, dit-on, dérivent de l’avenir vers le passé. Comment le croire ? Mais les Tombeaux vont s’ouvrir et le mystère se dissipera. Oyez, bonnes gens, la mort a quelque chose à vous dire !

 

La chute d’Hypérion 1 >>> L’Hégémonie gouverne plus de trois cents mondes. Quant aux Extros, ils ont pris le large après l’Hégire. Reviendront-ils ? Un de leurs essaims depuis trois cents ans, se rapproche d’Hypérion. Les habitants de cette planète ont fini par devenir nerveux ; ils réclament l’évacuation. Pour l’Hégémonie, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Mais, sur la même planète, on annonce l’ouverture prochaine des Tombeaux du Temps. Le Techno-Centre n’arrive pas à produire des prévisions fiables à ce sujet. Alors, l’Hégémonie agit : elle envoie sept pèlerins sur Hypérion. Drôles de pèlerins ! Celui-ci n’arrive pas à se débarrasser d’un parasite de résurrection ; celui-là écrit un poème qui, selon lui, infléchira le cours des évènements. Deux d’entre eux veulent tuer le gritche ; un autre hésite à lui sacrifier sa propre fille, qui naîtra dans trois jours. Et le dernier semble trahir tout le monde, ce qui étrangement ne trouble personne. Bref, l’Hégémonie en fait le minimum, qu’est-ce qui se passe là-dessous ?

 

La chute d’Hypérion 2 >>> Johnny Keats est une Intelligence Artificielle construite sur le modèle d’un vieux poète de l’Ancienne Terre. Il voudrait échapper au Techno-Centre, investir toute sa conscience dans son corps, être un humain à part entière et partir pour Hypérion. C’est assez pour le faire assassiner. Mais quelqu’un doit lui vouloir du bien au Techno-Centre : il reçoit un corps de rechange. Cette fois, il demande à Lamia d’assurer sa protection ; et pour plus de sûreté, il la câble avant d’être tué. Quand il ressuscite, le disque de Schrön, implanté sur la jeune femme, le met en contact avec elle : il lui suffit de dormir et de rêver. Malheureusement sa protectrice se retrouve en grand danger sur Hypérion : tout ce qu’ils pourraient espérer, c’est de se rejoindre dans l’infosphère. Or quelqu’un semple prêt à les y aider – comme si Johnny était quelque rouage essentiel dans un grand dessein conçu à l’échelle de l’éternité.

 

Coffret 4 livres

Pocket – 1995 – 1224  pages – 720 grammes.

Etat = Quelques infimes traces de manipulation et/ou stockage, de petits chocs dans les coins du coffret, un ou deux minuscules frottis en bas ou en haut de tranche pour ce qui en est des livres… mais vraiment trois fois rien, comme vous le montrent les photographies ci-dessous.

L’ensemble est en excellent état, propre, sain, quasiment comme neuf (cartes postales toujours encartées, papier bien blanc, etc.) et ne demande qu’à faire votre bonheur !

L’un des plus grands classiques de la Science-Fiction moderne ! Incontournable !

 

Les 4 livres, en coffret, pour : 12 €uros. / Vendus ! Temp. indisponibles.

 

DSCN1951.jpg

DSCN1960.jpg

Ailleurs = entre 18 et 25 €uros sur Priceminister

19,99 ou 25,85 €uros sur livre.fnac.com

DSCN1955.jpg

DSCN1956.jpg

DSCN1970.jpg